L'Hebdo #002

Publié le 24.10.2022, par :
Twenty-Six Patrimoine
Poser une question

Analyse des marchés baissiers à travers l'histoire, des revenus fonciers bientôt moins fiscalisés et le comportement des prix obligataires lorsque les taux montent. Par Ruben Brami, Twenty-Six Patrimoine.

Sommaire
Développer mon patrimoine pour augmenter mes revenus Faire ma simulation

📈 Les news qui ont fait bouger les marchés cette semaine

Le chaos politique au Royaume-Uni

Après la démission mercredi de la ministre de l’intérieur Suella Braverman qui a étrillé le gouvernement dans sa lettre de démission, la première ministre Liz Truss a annoncé quitter ses fonctions après seulement 44 jours en poste. Le Royaume-Uni traverse une période très compliquée. Alors que la livre et les obligations d'État britanniques étaient déjà à la baisse, un rapport de Bloomberg est venu amplifier ce mouvement. En effet, il suggère que le coût de l'indemnisation de la Banque d'Angleterre pour les pertes sur son portefeuille de gilts (obligation émise par le Royaume-Uni pour financer sa dette) est sur le point d'exploser alors que la Banque commence son "resserrement quantitatif". Le rendement des gilts 10 ans est repassé au-dessus de 4 %, avant de redescendre, les banques n’ayant manifesté qu'un faible intérêt pour l'opération de pension de la Banque. Cette opération était pourtant destinée à soutenir la confiance en demi-teinte du marché.

L’OPEP+ annonce baisser la production de barils de pétrole

Cette semaine, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie, également connue sous le nom d’OPEP+, ont décidé de réduire la production de 2 millions de barils par jour (bpj), à partir du mois de novembre. Il s’agit de la plus grande baisse de production depuis le début de l’année 2020. L'Agence internationale de l'énergie, qui regroupe les pays consommateurs, dont les États-Unis, a déclaré que la réduction de l'OPEP+ a fait grimper les prix et pourrait pousser l'économie mondiale à la récession. Mais le responsable du Trésor américain a considéré que l'impact de la réduction sur les prix était modéré, affirmant qu'il faudrait une hausse des prix de 30 à 40 dollars ou une réduction de la production dix fois plus importante que la réduction réelle de la production de l'OPEP+.

Des résultats d’entreprises plutôt correctes

La plupart des grands noms qui ont publié leurs résultats trimestriels cette semaine ont surpris favorablement le marché et sont restés assez mesurés quant à une possible dégradation de la conjoncture à venir. IBM était ainsi en forme après la publication d'un chiffre d'affaires et d'un bénéfice net trimestriels supérieurs aux attentes, avec en vedette l'informatique à distance (cloud) et les infrastructures. Également au-dessus des anticipations, la compagnie aérienne American Airlines, qui a bénéficié de l'accélération de la fréquentation ainsi que de hausses de tarifs, qui ont dopé ses revenus par passager.

🗓️Le dossier de la semaine : Dans un marché baissier, combien de temps faut-il pour que les actions atteignent leur plus bas ?

Description

Le tableau ci-dessus représente tous les marchés baissiers depuis la Seconde Guerre mondiale (indice S&P 500), ainsi que le nombre de mois pendant lesquels la baisse a atteint son point bas en partant de son point haut (peak-to-trough), puis du temps qu'il a fallu pour récupérer son argent à partir du bas (breakeven) . Par exemple, pour la crise du Covid-19, le point haut a été le 19 février 2020, le point bas le 3 mars 2020 et il a fallu ensuite 6 mois à partir du 4 mars 2020 pour atteindre le point haut du 19 février 2020. La reprise a été plus longue que la baisse.

Additionnez le tout et le marché baissier moyen a duré un an, puis a pris près de deux ans de plus pour atteindre l'équilibre (21 mois). Certains cycles sont donc plus longs et d'autres plus courts. Mais il y a une autre façon de voir cela.

Lorsque les récents pics baissiers se sont produits, personne ne savait avec certitude que le marché allait chuter de 20 % et entrer dans un marché baissier.

Alors que nous sommes actuellement dans un marché baissier, nous pouvons poser une question différente : combien de temps les marchés continuent de baisser une fois que les actions ont déjà baissé de 20 % ?

Description


Voici un aperçu du temps qu'il a fallu au marché pour atteindre le seuil de baisse de 20 %, puis du temps qu'il a fallu pour atteindre le fond. La bonne nouvelle est qu'il faut généralement beaucoup plus de temps pour atteindre 20% de pertes (236 jours) que le fond (131 jours), ce qui est logique si l'on considère que tous les marchés baissiers n'atteignent pas les extrêmes. Les meilleurs scénarios de marché baissier seraient les ralentissements de 1948-49 et 1957 qui ont atteint 20 % de pertes et ont immédiatement touché le fond.

La bonne nouvelle ici est que 7 des 12 derniers marchés baissiers ont touché le fond en 46 jours ou moins une fois le niveau de 20 % dépassé. Et 5 sur les 12 étaient terminés en un mois ou moins.

Une autre statistique juste pour le plaisir ? Nous savons déjà qu'il a fallu en moyenne 21 mois pour que les 12 derniers marchés baissiers atteignent l'équilibre à partir du creux. Malheureusement, nous ne savons pas quand le fond sera atteint cette fois-ci.

Alors, combien de temps a-t-il fallu pour atteindre l'équilibre une fois que les actions ont baissé de 20 % ?

Description

Compte tenu de ces données, nous envisageons un peu plus de 2 ans pour récupérer les pertes accumulées. La mauvaise nouvelle est que ce marché baissier pourrait chuter encore plus. La bonne nouvelle est que les rendements attendus pour retrouver l'équilibre sont plutôt bons. Un rendement de 50 % en deux ans serait de 22 % par an. Sur 3 ans, il serait de 14 % annualisé. Même si cela a pris quatre ans, c'est quand même 11% de retours par an. Pas mal, n’est-ce pas ? N’ayez pas peur d’investir.

🏠 Immobilier : Les revenus fonciers bientôt moins fiscalisés ?

Description

Un amendement au projet de Budget 2023, adopté le mercredi 12 octobre, permettrait l’imposition des revenus locatifs au PFU à 30%. Sous conditions, les bailleurs pourraient soumettre leurs revenus locatifs au prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30% au lieu de l’imposition au barème (donc à l’IR), ce qui est bien plus intéressant ! En effet, aujourd’hui un bailleur est fiscalisé sur 70% de ses loyers et ce au barème progressif, auquel il faut ajouter les prélèvements sociaux (PS) à 17,2%. Si vous payez 30% d’IR, vous supportez donc en réalité 47,2% d’impôt (hors CSG déductible). C’est bien plus que les 30% du PFU qui incluent déjà les 17,2% de prélèvements sociaux.

Les trois conditions :

  1. Le logement est soumis à l’encadrement des loyers applicable en zone tendue ;
  2. La plus mauvaise note acceptée du diagnostic de performance énergétique (DPE) du logement est D ;
  3. Le bail est signé pour minimum 12 mois (meublés inclus).

Attention, en contrepartie, ce statut ne permettrait pas de bénéficier des autres dispositifs fiscaux en faveur de l'investissement locatif, dont le régime des déficits fonciers. Si les charges sont importantes (par exemple suite à des travaux), il sera donc plus intéressant de conserver ce dernier.

🏦 Économie : Pourquoi le prix des obligations baisse lorsque les taux montent ?

La valeur des obligations, comme celle des actions, fluctue en fonction de l'offre et de la demande. Mais pour les placements en obligations, ce sont les variations des taux d'intérêt qui entraînent ces fluctuations.

Le principe des obligations

Une obligation représente une partie d’un emprunt émis par un État, une collectivité locale ou une entreprise. Souscrire des obligations revient à consentir un prêt à un taux d’intérêt et sur une durée (5 ans, 10 ans…) connus dès le départ. Le souscripteur reçoit une rémunération annuelle, appelée coupon, au taux d’intérêt prévu (fixe ou variable). À l’échéance, il récupère sa mise de départ, sauf en cas de faillite de l’émetteur.

Comment le prix des obligations évolue-t-il ?

  1. Pour les obligations à taux fixe

Quand une obligation est à taux fixe, les coupons versés sont constants mais sa valeur varie en fonction de l’évolution des taux d’intérêt.
En effet, quand les taux d’intérêt montent, de nouvelles obligations sont émises avec des coupons supérieurs à ceux des anciennes. La valeur de ces dernières se met donc à baisser puisque les investisseurs les vendent pour acheter celles qui rapportent plus. Inversement, quand les taux d’intérêt baissent, le prix des obligations à taux fixe déjà en circulation monte.
Il est donc possible qu’un investisseur perde une partie de son investissement s’il revend son obligation à taux fixe avant son échéance et alors que les taux d’intérêt ont monté depuis son investissement. On parle de « risque de taux ».

  1. Pour les obligations à taux variable

Quand les taux d’intérêt évoluent, c’est la valeur du coupon qui varie et non la valeur de l’obligation, qui reste relativement stable.

💸 Les résultats de la semaine :

🎬 Netflix : la société a gagné un nombre net de 2,4 millions d'abonnés au cours des trois mois jusqu'en septembre, ce qui a contribué à une hausse de 5,9 % du chiffre d'affaires sur l'année. Toutefois, le bénéfice a chuté de 3,5 %, à 1,4 milliard de dollars, la vigueur du dollar ayant réduit la valeur de ses bénéfices à l'étranger

🚗 Tesla : Tesla a déclaré un bénéfice par action de 1,05 $ au troisième trimestre, soit 0,02 $ de plus que l'estimation des analystes (1,03 $). Le chiffre d'affaires a augmenté de 56 % pour atteindre 21,45 milliards de dollars, mais est ressorti en dessous des attentes du consensus de 22,5 milliards de dollars. La marge d'exploitation a atteint 17,2 % au cours du trimestre.

💊 Johnson & Johnson : la société pharmaceutique a gagné 2,55 dollars par action, dépassant les estimations des analystes de 2,48 dollars par action. Les revenus de 23,8 milliards de dollars ont également dépassé les prévisions du marché de 23,4 milliards de dollars. Les ventes de produits pharmaceutiques ont augmenté de 2,6 % pour atteindre 13,2 milliards de dollars au troisième trimestre, dépassant les prévisions de 12,89 milliards de dollars

Développer mon patrimoine et réduire mes impôts Faire ma simulation

🍿Pour finir la semaine

Description
Tweet 1 : https://twitter.com/Qid_Memez/status/1575115313988845568

Tweet 2 : https://twitter.com/SystemSunday/status/1583070836252033024

Sources :

Publié le 24.10.2022, par :
Twenty-Six Patrimoine
Poser une question
J'aime
Partager ce conseil
Découvrez les conseils de nos experts