L'Hebdo #003

Publié le 31.10.2022, par :
Twenty-Six Patrimoine
Poser une question

Analyse de la dernière enquête mondiale de Bank of America pour estimer le futur creux des marchés, explication de la Loi Lemoine et le calcul de l'inflation

Sommaire
Développer mon patrimoine pour augmenter mes revenus Faire ma simulation

📈 Les news qui ont fait bouger les marchés cette semaine

Déception des valeurs technologiques

Les rapports des géants de la technologie Microsoft, Alphabet ou Meta publiés cette semaine ont énormément déçus. Ces chiffres sont venus renforcer la morosité créée par les entreprises numériques financièrement plus faibles qui dépendent également de la publicité, comme Snap, et ont braqué les projecteurs sur le propriétaire de Facebook, Meta Platforms qui a dévoilé un nouveau trimestre de baisse des revenus, sans aucun signe que ses gros paris sur le "Metaverse" soient sur le point de payer. L'action a chuté de plus de 20 % dans les échanges de prémarchés après que la société a déclaré qu'elle s'attendait à ce que ses coûts augmentent de plus de 14 %. Dur retour à la réalité pour Meta…

La BCE une nouvelle fois relève ses taux

Comme le marché s'y attendait, la Banque centrale européenne (BCE) a relevé les taux d'intérêt de référence lors de sa réunion de jeudi de 75 points de base (0,75%). Elle a également relevé le taux de facilité de dépôt et le taux de prêt marginal. Les risques de récession augmentant dans la zone euro, notamment en Allemagne, première économie de la zone euro, la plupart des économistes estiment que la BCE pourrait cesser de relever ses taux dans le courant du premier trimestre 2023. Mabrouk Chetouane, responsable de la stratégie de marché mondiale chez Natixis, a quant à lui noté que la BCE devrait relever ses taux à 3% en 2022. Si ce n'était pas le cas, elle ne serait pas crédible selon lui. En tout cas, en France, le Cac40 est en route pour un des meilleurs “octobre” de l'histoire alors que le mois est souvent très mauvais.

Publication du PIB américain

Autre grand événement de la semaine, la publication hier, jeudi 27 octobre, à 14h30 de la première estimation du produit intérieur brut des Etats-Unis pour le troisième trimestre. Cette donnée est surveillée de près par les investisseurs. Après deux trimestres de croissance négative, les économistes tablaient sur un rebond de l'activité de 2,3% en rythme annualisé, à la faveur de la bonne tenue du secteur des services. C’est finalement une hausse de 2,6% en estimation qui a été dévoilée. À la suite de cette publication, la Maison-Blanche a salué la « force » de l’économie américaine tout en rappelant les priorités de l’administration : juguler l’inflation à travers (i) la baisse des prix de l’énergie, notamment avec la libération de la réserve stratégique de pétrole et (ii) la réduction du coût de la santé (notamment des primes d’assurance maladie et des médicaments).

📰 Le dossier de la semaine : quand atteindrons-nous le fameux “point bas” ?

Alors qu’un rebond non négligeable a eu lieu cette semaine, le spectre d’une grande dépression rode toujours. La littérature et les articles économiques que nous pouvons lire nous livrent un scénario plutôt sombre sur le début de 2023. Le journaliste français spécialisé en économie François Langlet avec son nouveau livre “Rien ne va, mais...” fait partie des rares à anticiper un scénario ensoleillé en début d’année prochaine.

Afin de nous faire un avis sur cette question, il m’a semblé intéressant d’étudier cette semaine la dernière enquête mondiale de Bank of America (BofA). En effet, la banque américaine a questionné 300 professionnels de l'investissement permettant de livrer un rapport immense (59 graphiques!). Dans ce rapport, on y trouve l’avis de ces gestionnaires sur l’économie actuelle et les marchés. Etudions ce que cela signifie pour nos investissements.

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. On commence par laquelle? J’ai l’habitude de toujours commencer par la mauvaise.

La mauvaise nouvelle est le pessimisme existant lié à la croissance économique. Etudions le graphique ci-dessous. On peut y voir (ligne bleu foncé) que 72% des gestionnaires de fonds interrogés s’attendent à une croissance plus faible dans un an. 79% prévoient une récession mondiale en 2023. Mais pas de panique, la bonne nouvelle arrive. Regardons la ligne bleu clair. Celle-ci nous indique le pourcentage de rendement annuel du S&P 500 à chaque instant : on peut voir, à travers les périodes précédentes, qu’après une période de baisse de la croissance, les actions américaines ont eu de bonnes périodes devant elles. Pour résumer, ce type de baisse maximale se produit souvent avant de grands rallyes boursiers.

Description

Il serait donc logique que le même phénomène se produise à nouveau. D'une part, les investisseurs ont souvent vu les meilleurs rendements des actions lorsqu'ils ont acheté pendant les périodes de pic de peur économique. D'autre part, l'enquête effectuée par BofA suggère que l'inflation mondiale, évaluée à 9,8 % en septembre, atteint enfin son maximum. 79 % des gestionnaires interrogées s'attendent à ce que ce chiffre diminue au cours des 12 prochains mois.

L’inflation et la croissance s’estompent donc. A quel comportement de la FED doit-on alors s’attendre?

La FED a agressivement relevé ses taux d'intérêt cette année, dans le but de calmer les dépenses, dans l'espoir de maîtriser l'inflation galopante du pays. C’est la première fois de son histoire qu’elle monte les taux aussi fortement et aussi rapidement. Pour les gestionnaires de fonds interrogés, on peut s’attendre à une pause voire même un pivotement (à travers une baisse des taux) de la FED. En effet :

38% s'attendent à ce que la Fed mette fin à ces hausses de taux au premier trimestre de 2023 (chart 11).

Environ la moitié des gestionnaires pensent que la Fed suspendra ou même réduira les taux d'intérêt parce que l'inflation, telle que mesurée par l'indice des dépenses de consommation personnelle (PCE), tombera en dessous de 4% (chart 12).

Description

Description

Toutefois, l'autre moitié pense que la Fed n’aura pas d’autre choix que de changer de direction non pas car l’inflation aura diminué mais à cause de quelque chose de plus dramatique : une crise mondiale du crédit ou une forte augmentation du chômage aux États-Unis.

La conclusion de cette enquête suggère qu’un “gros creux” des actions est imminent. Par exemple, les gestionnaires de fonds détiennent désormais plus d'argent en espèces (6,3 %) qu'à n'importe quel moment depuis 2001, et environ la moitié d'entre eux détiennent moins d'actions que d'habitude. Ce sont tous deux des signes de baisse maximale car le genre de comportement qu’on trouve généralement au bas d'un cycle de marchés. Mais avant ce gros creux, il faudrait s'attendre à un dernier beau pic baissier. Ce qui fait dire cela à BofA est que, par exemple, les investisseurs ont encore investi dans les fonds géré par ces gestionnaires interrogés au cours des trois derniers mois afin qu'ils investissent sur le marché boursier alors que si les investisseurs étaient si paniqués, ils retireraient plutôt de l'argent de ces fonds. Cela ne s’est pas encore produit.

Même si une dernière secousse pourrait se produire, nous sommes probablement proches des plus bas. Cela pourrait être un bon moment pour rebalancer son allocation et acheter des actions. Dans l’ordre, les gestionnaires de fonds sont les plus optimistes pour les actions du Japon, puis des marchés émergents, des États-Unis, de l'Europe et du Royaume-Uni. Pour prendre moins de risque, acheter un ETF monde pourrait être une stratégie payante (ceci n’est pas un conseil en investissement). Enfin, comme on l’a vu dans les Hebdos Route26 précédentes, hormis la géographie, les actions d’entreprises avec des bénéfices de qualité et de bons rendements en dividendes s'en tireront mieux dans cet environnement (conviction partagée par la moitié de gestionnaires interrogés).

🏠 Immobilier : Économiser en moyenne 15 000 € grâce à Loi Lemoine, quels changements pour l'assurance de prêt immobilier ?

Description

Actuellement, les banques couvrent 88 % du marché de l’assurance emprunteur et ce, malgré des tarifs appliqués 2 à 3 fois plus chers que chez un assureur externe. Pourtant, depuis 2010, plusieurs lois avaient été promulguées afin d’aller dans le sens du consommateur et lutter contre le monopole bancaire : la loi Hamon, loi Lagarde, amendement Bourquin). Mais aucune de ces lois n’avaient suffisamment permis de libéraliser le marché.

Désormais, avec la Loi Lemoine entrée en vigueur le 1er septembre dernier, vous pourrez résilier à tout moment, même le lendemain de la signature du prêt, votre assurance emprunteur et cette mesure est effective pour toutes les assurances de prêt !

La seule condition à respecter est l’équivalence de garanties. Mais pas de panique, les assureurs ont su s’adapter pour proposer des contrats souples et adaptables selon les critères de votre banque.

Alors n’attendez pas pour effectuer une simulation pour changer votre assurance de prêt. En moyenne, ce sont 15 000€ d'économies.

🏦 Économie : Comment est calculée l’inflation ?

Alors que l’inflation s’élève actuellement en France 5.6% ( dernière donnée en date, septembre 2022) et qu’il ne se passe pas un jour sans en entendre parler à la télé ou dans les journaux, il est intéressant de se demander cette semaine comment ce taux est calculé.

Chaque mois, c’est l’Insee, l’Institut national de la statistique et des études économiques, qui publie un indice des prix à la consommation (IPC) dont l’évolution est la principale mesure de l’inflation en France.

Pour calculer l’IPC, le travail est gigantesque : 60.000 prix de biens et de services sont relevés dans 30.000 points de vente par des enquêteurs de l’Insee, 500.000 sont collectés sur Internet (manuellement ou via des robots) et depuis 2020, 80 millions sont suivis grâce aux «données de caisse» des magasins, c’est à dire les tickets. La liste exhaustive des biens et services reste confidentielle : seuls les prix moyens de groupes de produits sont publiés, pour garantir l’indépendance de l’évaluation.

Chaque groupe est ensuite pondéré dans l’indice global, proportionnellement à son poids dans les dépenses des consommateurs (par exemple, l’alimentation compte en 2019 pour 17,5% de l’indice). Celui-ci, exprimé en base 100, définit le taux d’inflation : un indice de 102 représente 2% d’inflation. La composition de ce panier fixe est mise à jour chaque année, au gré de la répartition des dépenses des ménages telle qu’évaluée dans les comptes nationaux. L’alimentation et la santé (9%) sont actuellement les deux postes les plus pondérés dans l’IPC .

Description

Développer mon patrimoine et réduire mes impôts Faire ma simulation

💸 Les résultats de la semaine

🤖 Alphabet (Google) : le géant de la tech a annoncé des résultats trimestriels qui ont manqué les attentes des analystes et un chiffre d'affaires qui s'est affiché en dessous des prévisions. La société a déclaré un bénéfice par action de 1,06 $, soit 0,22 $ de moins que l'estimation consensuelle des analystes, qui était de 1,28 $, tandis que le chiffre d'affaires du trimestre s'est établi à 69,09 milliards de dollars, contre une estimation consensuelle de 71,34 milliards de dollars.

💻 Microsoft : la société a affiché un bénéfice par action de $2,35 pour un chiffre d'affaires de $50,10. Les analystes sondés par Investing.com anticipaient un BPA de $2,32 pour un CA de $49,86 Mds. Depuis le début de l'année, les actions Microsoft sont en baisse de 25%, au-dessus de la performance du Nasdaq 100 qui est en baisse de 28% depuis le début de l'année

💳 Visa : le géant de la carte bancaire a annoncé pour le quatrième trimestre un bénéfice supérieur aux prévisions des analystes et un revenu supérieur aux attentes Visa a annoncé un bénéfice par action de 1,93 $ pour un chiffre d'affaires de 7,80 milliards de dollars. Les analystes interrogés par Investing.com prévoyaient un BPA de 1,87 $ pour des revenus de 7,57 milliards de dollars.

🍿Pour finir la semaine

Liz Truss quittant ses fonctions de Première Ministre du Royaume-Uni

Description

Le tweet de la semaine

Description
https://twitter.com/Investors_Gate/status/1583480227887386624

Publié le 31.10.2022, par :
Twenty-Six Patrimoine
Poser une question
J'aime
Partager ce conseil
Découvrez les conseils de nos experts