Quand ouvrir un PER ?

Publié le 19.12.2021, par :

Vous réfléchissez à placer votre épargne pour la faire fructifier et compléter vos revenus une fois la retraite venue ? Le PER est aujourd’hui le produit d’épargne de référence. Vous pouvez ouvrir un PER à tout âge, mais certains moments de la vie semblent plus opportuns que d’autres. Explications.

Sommaire
Développer mon patrimoine pour augmenter mes revenus Faire ma simulation

Qu’est-ce qu’un PER ?

Le PER, ou plan d’épargne retraite, est un nouveau produit d’épargne accessible à tous. Le principe est d’y effectuer des versements au cours de votre vie active en vue d’obtenir, une fois à la retraite, un reversement sous forme de capital, de rente, ou les deux. L’épargne reste bloquée jusqu’à ce moment, mais il est possible de la débloquer de manière anticipée dans certains cas exceptionnels (invalidité, décès, acquisition de résidence principale, surendettement…).

Institué au 1er octobre 2019, le PER est amené à terme à remplacer tous les autres plans d’épargne retraite, aussi bien individuels que d’entreprise. Objectif ? Simplifier et optimiser l’épargne des Français.

Lire également : Préparer sa retraite, le guide

Bon à savoir : Une fiscalité avantageuse
Comme les autres plans d’épargne retraite, le PER vous permet de déduire fiscalement le capital investi chaque année, dans la limite de certains plafonds.

Quel PER choisir ?

Vous pouvez choisir d’ouvrir un PER individuel, ou vous voir proposer ce produit d’épargne au sein de votre entreprise.

Le PER individuel

Le PER individuel succède au plan d’épargne retraite populaire (PERP) et au contrat Madelin. Tout le monde peut y adhérer, quel que soit son âge ou sa situation professionnelle.

On distingue deux types de PER individuels :

  • le PER individuel d’investissement ;
  • le PER individuel d’assurance.

Le premier donne lieu à l’ouverture d’un compte-titres, le second à l’adhésion d’un contrat d’assurance de groupe.

Bon à savoir : Les avantages du PER d’assurance
Si leur fonctionnement reste le même (fiscalité, sortie en rente ou capital ou encore déblocage anticipé possible), le PER d’assurance présente deux avantages que le PER d’investissement ne possède pas : votre épargne peut être placée sur un fonds en euros sécurisé et vous pouvez désigner un bénéficiaire qui profitera d’abattements fiscaux sur le capital transmis si vous veniez à décéder.

Le PER d’entreprise collectif

Ce plan succède au Perco et concerne tous les salariés de l’entreprise, sans distinction de statut. Toutes les entreprises peuvent le proposer. Vous pouvez choisir d’accepter ou de refuser l’adhésion. À noter, également, que votre employeur est en droit d’exiger que vous ayez un minimum d’ancienneté.

Peut-on m’obliger à ouvrir un PER ?

Il existe une troisième forme de PER : le PER d’entreprise obligatoire, venu remplacer le contrat article 83. L’entreprise désigne tous les salariés, ou seulement une ou plusieurs catégories d’entre eux, comme adhérents d’office. Autrement dit, les salariés désignés ne peuvent refuser d’adhérer au plan et sont soumis à des versements obligatoires.

Lire également : Préparer sa retraite à 50 ans

Développer mon patrimoine et réduire mes impôts Faire ma simulation

Quel est le meilleur moment pour ouvrir un PER ?

Il semble a priori pertinent d’ouvrir un PER le plus tôt possible pour capitaliser au mieux ses revenus. Pourtant, l’idéal reste généralement d’attendre d’être à une dizaine d’années de la retraite. Plusieurs raisons à cela.

Premièrement, vous pourrez apprécier plus précisément ce que vous toucherez à la retraite. Et donc, quel sera l’effort d’épargne idéal, c’est-à-dire celui qui vous permettra d’avoir le supplément de revenus dont vous avez besoin sans vous mettre en danger financièrement. Car, rappelons-le, l’épargne d’un PER est bloquée. Et quand bien même vous seriez autorisé à la débloquer (par exemple, pour l’acquisition de votre résidence principale), vous perdriez les avantages fiscaux qui vous étaient accordés à l’entrée.

Ensuite, en fin de carrière, le salaire perçu est en principe plus important qu’au début. Or, les épargnants qui se situent dans les tranches les plus élevées de l’impôt sur le revenu sont ceux qui ont le plus à y gagner. D’où l’intérêt de patienter !

PER individuel : quelle fiscalité ?

L’avantage fiscal du PER individuel diffère selon que vous êtes salarié ou indépendant.

Lire également : Déclaration PER, comment ça marche ?

En tant que salarié

Vous pouvez déduire de votre impôt sur le revenu les sommes versées dans l’année, à hauteur de :

  • 10 % de vos revenus nets professionnels, dans la limite de 32 909 € ;
  • ou 4 114 €.

Le plafond le plus avantageux est celui qui est retenu.

En tant qu’indépendant

Le plafond de déduction est, dans ce cas, fixé à :

  • 10 % de vos bénéfices imposables, dans la limite de 329 088 € + 15 % du bénéfice imposable compris entre 1 et 329 088 € ;
  • ou 4 114 € + 15 % du bénéfice imposable compris entre 1 et 329 088 €, si ce montant est plus important.

Épargner via un PER est une manière de vous protéger vous-même, mais aussi votre famille. Pour faire le bon choix au bon moment, il est toujours judicieux de prendre conseil auprès de spécialistes en la matière. Les experts Neofa se feront un plaisir de remplir ce rôle en menant une étude approfondie de votre profil.

Les trois points clés à retenir :

  • 2 types de PER : PER individuel, PER d’entreprise collectif, PER d’entreprise obligatoire.
  • Seul le PER d’entreprise obligatoire peut vous être imposé.
  • Moment idéal d’adhésion : une dizaine d’années avant la retraite.

Sources :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F34982
https://www.economie.gouv.fr/PER-epargne-retraite#

Publié le 19.12.2021, par :
J'aime
Partager ce conseil
Découvrez les conseils de nos experts