📰 Le dossier de la semaine : Les grands gagnants et perdants du début d’année 2024 ainsi que nos perspectives

Le premier semestre 2024 étant désormais derrière nous, voici un aperçu de quelques gagnants et perdants notables sur les marchés, et notre point de vue sur ce que ces performances signifient pour le reste de l’année.

1. Gagnant n°1 : Les actions

Le marché boursier, représenté par le S&P 500, a enregistré une hausse de 15 % à mi-parcours de cette année. C’est l’un des sept meilleurs débuts d’année depuis 35 ans, avec plus de 30 nouveaux records établis depuis janvier.
Un départ rapide en début d’année n’indique pas nécessairement que le marché a atteint son maximum. En réalité, lors des 11 années où les actions ont progressé de 10 % ou plus à la fin juin, le rendement annuel moyen a été de 29 %. Les actions sont bien parties en 2024.

Perspectives pour le second semestre : le marché bénéficie d’une base solide. Bien que nous ne prévoyions pas que les gains du premier semestre se répètent entièrement, il y a de bonnes raisons d’espérer des gains supplémentaires. Ces perspectives sont soutenues par l’assouplissement des politiques de la Fed et l’augmentation prévue des bénéfices des entreprises. Toutefois, une partie de cette croissance a déjà été reflétée dans les gains de 2024. Les investisseurs peuvent être optimistes pour le reste de l’année, mais devraient s’attendre à des gains plus modérés.

2. Gagnant n°2 : L’IA

L’enthousiasme autour de l’IA s’est maintenu avec force au premier semestre, les grandes entreprises technologiques enregistrant des gains considérables. Les « Magnificent 7 » (NVIDIA, Microsoft, Apple, Google, Tesla, Meta, Amazon) ont été les leaders, avec une hausse moyenne de 39 %, malgré une baisse à deux chiffres pour Tesla. NVIDIA a été un exemple frappant de la folie de l’IA sur les marchés, avec une hausse de ses actions d’environ 150 %, devenant ainsi la plus grande capitalisation boursière au monde. Les secteurs des technologies et des services de communication ont été en tête, affichant des rendements de plus de 25 % au premier semestre. L’engouement pour l’IA se traduit par une croissance des bénéfices et une hausse des valorisations. Les grandes entreprises technologiques se négocient désormais à plus de 30 fois les estimations de bénéfices consensuels, reflétant des attentes de croissance future robustes. L’enthousiasme pour l’IA a donc alimenté la surperformance actuelle du secteur technologique.

Perspectives pour le second semestre : nous pensons que l’essor de l’IA ne risque pas de s’arrêter. L’impact de l’IA sur la croissance économique, via des gains de productivité, et sur les bénéfices des entreprises sera significatif et durable. Cependant, les marchés financiers ont déjà anticipé cet impact, ce qui a conduit à des gains importants pour les investissements dans l’IA. Bien que nous ne prévoyions pas une fin brutale de cet engouement, les valorisations des grandes entreprises technologiques sont élevées. Nous pensons que le secteur technologique peut continuer à bien performer, mais d’autres secteurs pourraient rattraper leur retard au second semestre.

3. Gagnant n°3 : Les secteurs défensifs

La forte hausse du marché et l’absence de repli significatif cette année pourraient laisser penser que les investissements risqués et à forte croissance ont été favorisés. Cependant, ce n’est pas le cas. Les secteurs défensifs comme les services aux collectivités, les biens de consommation de base et l’or ont également généré des gains importants. Depuis la mi-février, les services aux collectivités et l’or ont augmenté d’environ 15 %. Les investissements défensifs ont donc connu un rebond notable de février à mai.

Perspectives pour le second semestre : Au début de l’année, nous anticipions un changement de leadership sur le marché des actions, avec des gains s’élargissant grâce à de meilleures performances des valeurs cycliques et défensives. Nous prévoyons un ralentissement de la croissance économique au cours des prochains trimestres, les consommateurs montrant une certaine lassitude à l’égard des dépenses. Les inquiétudes concernant la stagflation (inflation élevée, absence de croissance) ne devraient pas se matérialiser en 2024, mais elles pourraient offrir un soutien supplémentaire aux valeurs défensives.

4. Perdant n°1 : La volatilité

Si vous aimez les fluctuations importantes ou les ventes massives sur les marchés, 2024 n’a pas été votre année. Et c’est une bonne nouvelle pour les investisseurs en réalité. L’indice VIX, qui mesure la volatilité du marché et est souvent appelé « indice de la peur », a récemment atteint son niveau quotidien le plus bas depuis 2019. La moyenne annuelle de l’indice VIX en 2024 est de 13,8, le niveau le plus bas depuis 2017 et la deuxième moyenne annuelle la plus basse en plus de deux décennies. Et la volatilité quotidienne moyenne est la plus faible depuis sept ans.

Perspectives pour le second semestre : Le calme actuel ne signifie pas nécessairement une chute imminente des marchés. En fait, nous avons vu des années entières (2013, 2017, 2021) où les actions n’ont jamais enregistré de repli supérieur à 6 %. Bien que cela soit possible en 2024, nous pensons que les investisseurs devraient anticiper une volatilité accrue au second semestre, en raison des inquiétudes liées aux élections, à tout signe de ralentissement économique ou à une poussée d’inflation qui pourrait retarder les baisses de taux de la Fed. Nous ne prévoyons pas de déclin inquiétant ou durable, mais il n’est pas exclu de voir le marché subir une baisse temporaire de 5 à 10 %. Dans ce contexte fondamental positif, nous recommandons de considérer tout repli de ce type comme une opportunité d’achat et de rééquilibrage.

5. Perdant n°2 : Les petites capitalisations

Les actions à petite capitalisation ont légèrement augmenté au premier semestre, mais ont sous-performé les grandes capitalisations, en raison des gains des mégacapitalisations technologiques et d’une croissance des bénéfices plus faible due à la hausse des coûts de financement et aux signes de ralentissement économique. Leur performance a été affectée par des pondérations plus élevées dans les secteurs de l’industrie et de l’énergie et une moindre exposition à la technologie et aux services de communication. Malgré cela, les petites capitalisations ont affiché un rendement respectable de plus de 11 % au cours des 12 derniers mois.

Perspectives pour le second semestre : Historiquement, après une sous-performance significative des petites capitalisations par rapport aux grandes, il y a souvent un renversement de tendance. Une reprise de la surperformance des petites capitalisations pourrait se produire, mais cela nécessitera une baisse des taux d’intérêt, un assouplissement de la politique de la Fed et une accélération de la croissance économique. Les petites capitalisations sont plus sensibles aux coûts d’emprunt, de main-d’œuvre et à la demande intérieure. L’économie montrant des signes de fatigue, une réaccélération économique pourrait prendre plus de temps que prévu, mais un début d’assouplissement de la politique monétaire serait un bon commencement.

Contactez-nous pour une première discussion gratuite et sans engagement.

Nos derniers articles :

photo de profil
Ruben Brami
Auteur
Fondé par un ancien de Rothschild & Co à Paris, Twenty-Six Patrimoine propose une approche 360 de la gestion de ses patrimoine à ses clients. Moderne, ingénieux et hybride, entre un cabinet traditionnel et un family office, notre volonté est de...
Partagez cet article :

Écrire un commentaire

Articles similaires