Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP) | Définition, missions

Publié le 27.04.2020, par :
N D
Nicolas Delorme
Auteur

Qu’est-ce que le patrimoine? C’est l’ensemble des biens reçus en héritage auxquels viennent s’ajouter ceux que vous avez acquis. Par exemple, c’est la villa de famille qui vous vient de vos parents, la résidence secondaire que vous avez achetée sur un coup de coeur ou encore une assurance-vie dont vous étiez bénéficiaire. Pour préserver et faire fructifier ces biens, vous pouvez faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine.

Qu’est-ce qu’un conseiller en gestion de patrimoine (CGP) ?

C’est un professionnel qui vous accompagne dans la gestion et l’optimisation de votre patrimoine immobilier, mobilier et financier.

Quelles sont ses missions ?

Les missions du CGP tendent toutes vers le même objectif : protéger et développer votre patrimoine. Voilà une bonne nouvelle !
C’est pourquoi le gestionnaire de patrimoine particulier est parfois considéré comme le médecin généraliste des finances familiales ou individuelles. En somme, il veille sur votre bien, comme le docteur veille sur votre santé. Il ne se substitue pas aux avocats ou aux notaires, mais il peut jouer le rôle de courroie de transmission entre ces différents experts. Enfin, il ne remplit pas les mêmes fonctions qu’un conseiller financier.
Au fil de cet article, je vais vous faire découvrir ce que fait réellement le conseiller en gestion du patrimoine. Vous comprendrez alors les raisons pour lesquelles il doit parfaitement vous connaître pour vous donner les conseils les plus judicieux.
Pour remplir sa mission de gestion et d’ optimisation de votre patrimoine, le conseiller gestion patrimoine doit établir une relation de confiance entre vous et lui. Les questions qu’il vous posera ont trait à votre vie professionnelle, personnelle et familiale. Il va, d’une certaine manière, entrer dans « votre intimité ». D’où l’intérêt d’en choisir un qui vous soit sympathique, car vous allez passer un certain temps en sa compagnie. 
Ne croyez surtout pas que le CGP est là uniquement pour vous dire ce que vous devez faire, il a un devoir d’ information et de mise en garde.
Voyons à présent en détail ses cinq missions. Vous êtes prêt, alors on y va !

Il commence par établir un diagnostic patrimonial

Le CGP va prendre en compte vos différents revenus et vos charges, afin de dégager le montant de vos disponibilités financières actuelles et celle à venir (à court et à moyen terme). Pour le dire plus simplement, il va évaluer le montant disponible pour votre épargne.
Il va passer en revue l’ensemble de votre situation personnelle, professionnelle, financière et fiscale. C’est ainsi qu’il pourra faire la balance entre vos actifs et vos passifs (immobilier, financiers et autres).
Pour ceux qui seraient déjà perdus, je vous donne un exemple : si vous avez fait l’acquisition d’une résidence principale avec l’aide d’un financement, vous aurez dans la colonne « actif » la part versée à l’achat (je veux dire par là votre apport financier) plus les montants des échéances déjà acquittées. Dans la colonne « passif » figurera le montant de l’emprunt qu’il vous reste à rembourser, soit toutes les échéances que vous devez encore payer.

Puis, il va définir avec vous quels sont vos objectifs

Bien gérer et faire fructifier vos biens est le but de votre conseiller en gestion du patrimoine. Pour cela, il doit tenir compte des objectifs réels que vous vous fixez (ce que vous voulez faire de votre épargne). Mais ce n’est pas tout, il doit prendre en considération l’orientation de vos projets et leur étalement dans le temps. Ce sont deux points très importants pour qu’il puisse vous proposer les solutions les mieux adaptées à votre situation actuelle. Voici quelques exemples d’objectifs :

  • la constitution d’une réserve d’argent (pour les coups durs, pour la retraite, pour assumer les études supérieures des enfants…) ;
  • la mise en place d’une solide protection pour ses proches ;
  • l’optimisation de sa fiscalité ;
  • la transmission de son patrimoine à moindre coût ;
  • l’enrichissement de son patrimoine personnel ;
  • ...

Vous avez fait le tour de vos objectifs ? Alors, vous êtes prêt pour passer à l’étape suivante.

Il lui reste à évaluer vos critères de décision

Vous avez bien travaillé avec lui, donc rien ne vous a échappé et vos objectifs sont à présent fixés. Le CGP va maintenant vous questionner sur les motivations qui vous animent. En effet, les placements qui vous conviennent dépendent de plusieurs facteurs. Ils ne seront pas les mêmes si vous souhaitez une épargne de précaution (améliorer votre retraite, aider un enfant qui s’installe…) ou si vous privilégiez le taux de rendement (pour enrichir votre patrimoine personnel).
C’est un moment un peu délicat et c’est là où une relation quasi amicale doit avoir été instaurée, car arrivé à ce stade de l’étude, il va également vous interroger sur votre goût ou votre aversion pour le risque. Un objectif tourné vers un rendement très intéressant est toujours associé à une prise de risque qui doit être mesuré et que vous devez accepter.

C’est maintenant à lui de travailler en étudiant la conjoncture économique et financière

En faisant confiance à votre conseiller en gestion de patrimoine qui a une maîtrise dans différents domaines (juridiques, fiscaux et financiers), vous bénéficierez de toute son expertise. Mais autant l’avouer tout de suite, c’est exactement ce que vous recherchez. Ses savoirs et son expérience lui permettent d’analyser objectivement la situation du marché (investissement immobilier, valeurs mobilières, placements financiers…) pour vous proposer un investissement sur mesure
Les investissements sur les marchés financiers sont soumis à des fluctuations liées à la situation générale de l’économie. Je m’explique : en période de croissance, les entreprises voient leur chiffre d’affaires augmenter et par conséquent leur bénéfice aussi. Le montant des dividendes versés aux actionnaires est plus important (ils sont contents) et le prix des actions grimpe (ce qui n’est pas réjouissant pour vous, si vous n’avez pas encore investi). À l’inverse, en période de récession, les placements monétaires baissent et le prix des actions chute. Il en est de même pour les placements dans l’immobilier. En période de croissance, les revenus des loyers augmentent. En période de récession... ils baissent.
Vous voici arrivé à la dernière étape, celle que vous attendez certainement avec impatience. Vous allez enfin savoir ce qu’il est judicieux de mettre en place pour que votre patrimoine soit bien géré et surtout optimisé !

C’est encore votre conseiller qui sera à l’oeuvre pour établir une stratégie patrimoniale, la mettre en place et assurer son suivi

Chaque étape décrite ci-dessus est indispensable et doit être scrupuleusement suivie. À ce stade, votre conseiller en gestion de patrimoine est en mesure de vous proposer la meilleure stratégie patrimoniale. Il a pris en compte votre bilan patrimonial, vos capacités d’engagement financier et il a choisi les produits les plus compétitifs dans l’instant présent. Il va alors vous remettre une lettre de mission qui regroupe l’ensemble des préconisations et des conseils qu’il vous prodigue.
Les cartes sont à présent entre vos mains. Vous avez bien compris les conseils et les préconisations formulées par le CGP ? Vous êtes satisfait de la qualité de l’analyse qu’il vient d’effectuer ? Vous estimez que la relation qui s’est établie entre vous deux est constructive ? Vous avez décidé de lui faire confiance ? Le moment est donc venu de vous lancer et de le charger de la mise en place de cette stratégie et, si vous le souhaitez, de son suivi.

Quelle est la rémunération du conseiller en gestion de patrimoine ?

Le conseiller en gestion de patrimoine perçoit des commissions sur les produits ou honoraires (Combien coûte un conseiller?). Dès le début de sa mission, il doit vous remettre un DER (document d’entrée en relation). Vous serez ainsi informé de ses relations avec les fournisseurs de produits financiers. Je veux dire par là que vous en saurez plus sur les entités avec lesquelles il travaille. Par la suite, il vous fournira chaque année, un rapport détaillant sa rémunération.

Quelle est la différence entre un conseiller en gestion de patrimoine (CGP) et un conseiller en gestion de patrimoine indépendant (CGPI) ?

Pour que vous compreniez quelle est la portée de cette différence, je suis obligée de vous parler de la directive européenne MIFID II. Si vous avez envie de la lire dans son intégralité, je vous donne le lien. Par contre, c’est barbant et ce qu’il faut surtout retenir c’est que  le positionnement et la rémunération des conseillers en gestion de patrimoine sont maintenant parfaitement transparents grâce à cette directive. 
Ainsi un CGP est généralement rémunéré avec des rétro commissions sur les produits financiers. Tandis qu’un CGPI ne touche pas de commissions, mais il perçoit uniquement des honoraires directement versés par ses clients.  

Quelle est la différence entre un conseiller en gestion de patrimoine (CGP) et un conseiller en investissement financier (CIF) ?

La profession de conseiller en gestion de patrimoine est soumise au régime du droit commun du Code civil. Celle de conseiller en investissement financier (CIF) est soumise en plus au respect de règles plus contraignantes en rapport avec le Code monétaire et financier.

Comment choisir son conseiller en gestion de patrimoine (CGP) ?

Pour vous y aider, voici quelques points essentiels sur lesquels il est bon de s’attarder :

  1. Choisissez de préférence un CGP inscrit à l’Orias (Organisation pour le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance).
  2. Vérifiez qu’il peut vous proposer une offre de placements diversifiée.
  3. Prenez le temps de l’écouter et ne vous laissez pas étourdir par des offres trop alléchantes, particulièrement en ce qui concerne les taux de rendement.
  4. Relisez attentivement la lettre de mission qu’il vous remet. Elle doit reprendre l’ensemble de ses préconisations et ses honoraires. C’est un document qui doit être clair, précis donc sans équivoque. À sa lecture, vous devez trouver d’une manière détaillée toutes les informations sur les placements financiers envisagés (montant placé, rendements attendus, frais d’entrée et de gestion...).

En résumé, n’oubliez pas que votre patrimoine mérite la meilleure attention. Le conseiller en gestion de patrimoine que vous choisirez doit être votre partenaire. Vous devez donc établir avec lui une relation solide basée sur la confiance dans ses capacités et dans sa loyauté. En choisissant de faire appel à Neofa, vous mettez toutes les chances de votre côté.

Publié le 27.04.2020, par :
N D
Nicolas Delorme
Auteur
Partager ce conseil

Vous avez besoin d’un renseignement ? une demande spécifique ?
Des experts peuvent vous répondre gratuitement

J'ai une question