Constituer mon épargne

Pourquoi souscrire un contrat d'assurance vie ?

Publié le 01.06.2022, par :

L'assurance-vie est indétrônable dans le cœur (et le portefeuille) des Français. Quelques 18 millions d'épargnants ont choisi ce produit d'épargne pour faire fructifier leur patrimoine. Selon la Fédération Française de l'Assurance, ils détiennent près de 1850 milliards d'euros sur leurs contrats d'assurance-vie. Comment expliquer ce succès de l'assurance-vie, aussi populaire qu'indémodable ?

Sommaire
Trouvez la meilleure assurance vie Faire ma simulation

1. L'assurance-vie, un placement aux multiples facettes qui offre beaucoup de liberté et de souplesse

L'assurance-vie présente de nombreux avantages. En effet, le contrat offre une large souplesse à l'épargnant :

  • des versements libres en termes de montant ou de fréquence,
  • de l'argent disponible à tout moment grâce aux différentes possibilités de retraits (aussi appelé rachats) ...
    Une flexibilité appréciée des investisseurs quels que soient leurs profils ou leurs projets. C'est pourquoi, l'assurance-vie est souvent un des premiers placements préconisés au jeune épargnant. Celui-ci peut utiliser son contrat d'assurance-vie pour épargner à son rythme, tout en gardant la liberté d'arbitrer chaque mois et sans contrainte sur la répartition de ses premiers revenus, entre consommation et épargne.

S'il n'y a pas d'âge pour ouvrir un contrat d'assurance-vie le plus tôt reste le mieux pour profiter le plus vite possible des avantages fiscaux associés. En effet, ceux-ci seront effectifs après 8 ans de détention du contrat, et s'appliquent pour chaque euro placé sur le contrat d'assurance-vie, quel que soit le montant du dépôt initial. Ainsi, un premier versement, même de faible montant, suffit pour vous garantir l'accès aux avantages fiscaux 8 ans plus tard.

2. Entre risque et rendement, l'assurance-vie est un placement 100% personnalisable

Si l'assurance-vie séduit autant les Français c'est aussi parce que le contrat est modulable. Vous pouvez faire travailler votre épargne sans risque grâce au « fonds en euros » garanti en capital. Vous pouvez aussi maximiser le potentiel de performance en contrepartie d'un risque de perte en capital. Pour cela, votre contrat d'assurance-vie s'adapte et peut être composé en tout ou partie « d'unités de compte » (savez-vous que vous pouvez désormais intégrer des SCPI dans votre contrat d'assurance-vie, par exemple ?). Bien sûr, en combinant les unités de compte et le fonds en euros, vous pouvez définir un certain équilibre entre prise de risque et perspectives de gains. Pour aller plus loin, découvrez le classement des meilleures assurances vie.

3. Mariage, études, achat immobilier, retraite… L'assurance vie s'adapte

Le titulaire d'un contrat d'assurance-vie peut utiliser cette enveloppe flexible pour anticiper le financement de projets à court, moyen ou long terme : un mariage, un voyage, les études de ses enfants, l'achat d'un bien immobilier, la préparation de sa retraite

4. Une fiscalité intéressante

L'assurance-vie est un placement à moyen et long terme : au-delà de 8 années de détention, la fiscalité est la plus intéressante. Voici les principaux avantages fiscaux :

  • Les produits perçus ne sont pas imposés tant que vous n’effectuez pas de retraits (hors prélèvements sociaux sur les fonds euros) ;
  • En cas de rachats, seuls les produits sont imposés, un rachat comporte toujours une partie de capital et une partie de produits appelés couramment plus-value. Le taux d’imposition dépend de la date des versements (avant ou après le 27/09/2017) et de l’ancienneté du contrat (moins de 4 ans, 4 à 8 ans ou plus de 8 ans). À noter également l’entrée en vigueur en 2018 de la « Flat Tax » (ou Prélèvement Forfaitaire Unique) qui permet de plafonner la taxation du capital au taux unique de 30 % (soit 12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu et 17,2 % au titre des prélèvements sociaux) ;
  • Au-delà d’une durée de détention de 8 ans, en plus d’une fiscalité plus douce pour les produits des capitaux perçus, vous bénéficiez d’un abattement de 4 600 € pour une personne seule ou 9 200 € pour un couple soumis à imposition commune. En étant attentif aux dates de rachats, il est donc possible d’échapper à une partie de l'imposition en programmant, par exemple, des rachats annuels inférieurs à ces abattements.
  • Attention : les prélèvements sociaux restent toujours dus.

⚠️ Pas d’imposition en cas de difficultés majeures

En cas de problèmes majeurs survenant à l’assuré ou à son conjoint la récupération de l’épargne disponible sur le contrat d’assurance vie est exonérée d’imposition. Il s’agit des circonstances suivantes : licenciement, mise à la retraite anticipée, cessation d’activité non salariée suite à un jugement de liquidation judiciaire, invalidité correspondant au classement dans les 2ème ou 3ème catégories de la Sécurité sociale.

Trouvez la meilleure assurance vie Faire ma simulation

5. Optimisation de sa succession avec l'assurance-vie

  • D'un point de vue civil, les capitaux versés par l'assureur aux bénéficiaires désignés dans la clause bénéficiaire ne font pas partie de la succession de l'assuré. Autrement dit, les capitaux versés ne sont pas soumis à la règle du rapport, ni à celle de la réduction des libéralités pour atteinte à la réserve. La seule exception à ce principe concerne les primes « manifestement exagérées ».
  • D'un point de vue fiscal, les capitaux versés au décès de l'assuré à son conjoint ou partenaire de Pacs survivant échapperont à toute taxation, quel que soit leur montant, que le contrat ait été alimenté avant ou après 70 ans de l'assuré.
    Pour les bénéficiaires autres que le conjoint ou le partenaire de Pacs, deux régimes d'imposition coexistent. Ils dépendent de l'âge du souscripteur/assuré au moment du versement des primes. S'il avait alimenté son contrat avant ses 70 ans, les capitaux versés à son décès aux bénéficiaires désignés échapperont également à toute taxation à hauteur de 152.500 euros par bénéficiaire.
    Lorsque le souscripteur avait alimenté son contrat après ses 70 ans, la part des capitaux versés aux bénéficiaires désignés correspondant aux primes sera soumise aux droits de succession, après un abattement de 30.500 euros.
Publié le 01.06.2022, par :
1
Partager ce conseil
Découvrez les conseils de nos experts