Investir pour moi

Le nouveau PER collectif : guide complet

Publié le 04.05.2020, par :
N D
Nicolas Delorme
Auteur

Au revoir Perco, bonjour Percol. Très amusant, ces dénominations, mais sérieusement, c’est quoi le Plan d'Épargne Retraite d’entreprise collectif ? Si vous voulez connaître un bon moyen d’assurer votre retraite, suivez-moi dans ce guide sur le nouveau PER collectif.

Ouvrir un PER collectif

Un PER collectif, c’est quoi ?

Percol de son petit nom, le Plan d’Epargne Retraite d’entreprise collectif est un produit d’épargne à très long terme (parce que la retraite est dans très longtemps), qui remplace l’ancien Perco et qui se constitue au sein de l’entreprise où vous travaillez. C’est une dénomination barbare, j’en suis conscient. C’est pour ça qu’on l’appelle aussi communément le Pereco.

Pourquoi ouvrir un PER collectif ?

Si vous avez compris ce qu’était un Pereco, alors vous savez qu’il va vous ramener un paquet d’argent à la sortie. Pourquoi ? Parce qu’il se fait en deux temps :

  1. Tant que vous travaillez, votre entreprise vous aide à économiser ;
  2. À votre retraite, vous récupérez tout ce pactole, sous forme de capital ou de rente.

Comme je vais vous l’expliquer dans cet article, non seulement le Percol est très avantageux niveau fiscalité, mais en plus vous pouvez le récupérer avant la retraite.

Qui peut ouvrir un PER collectif ?

Officiellement, tous les salariés peuvent ouvrir un Percol si l’entreprise le propose, mais celle-ci peut imposer une condition d’ancienneté de maximum 3 mois. Ça va, ce n’est pas très long. Même si l’adhésion peut se faire automatiquement selon les entreprises, vous avez le droit de la refuser dans les 15 jours.
Le saviez-vous ? Les chefs d’entreprises de moins de 250 salariés peuvent bénéficier du Percol, ainsi que leur conjoint ou partenaire si celui ou celle-ci a le statut de collaborateur ou associé.

Comment alimenter son Percol ?

Les versements

Il existe 3 «compartiments» dans lesquels placer votre argent pour le PER :

  • Compartiment 1 : les versements volontaires

« Volontaires », ça veut dire à l’initiative du salarié. Vous choisissez quand et combien vous voulez mettre dans votre PER. En bonus, vous pourrez choisir entre la déduction de ces montants de votre revenu ou l’exonération d’impôt sur le revenu (IR), lorsque vous récupérerez votre épargne. C’est l’occasion ou jamais de demander l’avis d’un conseiller financier.

  • Compartiment 2 : les versements de l’épargne salariale

Vous pouvez y placer toutes sortes de versements qui bénéficient de fiscalité avantageuse puisqu’ils ne sont pas soumis à l’IR : participation, intéressement, droits de votre Compte Epargne Temps…
Votre employeur peut également y verser ce qu’on appelle des «abondements», c’est-à-dire des sommes qui viennent compléter vos propres versements. Sympa, le patron ! Le montant de ces versements ne peut cependant pas dépasser 6483,84€, ni 3 fois votre montant (il ne faut pas exagérer non plus), ni 16% du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS), par an et par salarié.

  • Compartiment 3 : les versements obligatoires

Il fallait bien qu’il y ait une obligation quelque part, et la voilà. Mais rassurez-vous, il n’y a pas que vous qui êtes tenu de verser une part de votre salaire dans votre PER puisque votre employeur doit également contribuer à votre épargne.
Le saviez-vous ? C’est votre employeur qui prend en charge les frais de gestion de votre PER collectif.

Les transferts

Est-ce que je peux transférer mon argent d’un PER à l’autre ?
Plusieurs solutions sont possibles :

  • De Pereco à Pereco : si vous changez d’entreprise, vous pourrez transférer votre PER d’entreprise collectif vers le PER de votre nouvelle entreprise, si celle-ci le permet, ou sur un PER individuel sinon. Si vous n’avez pas quitté votre entreprise, vous pouvez quand même le faire, mais dans la limite d’un seul transfert tous les 3 ans ;
  • Des autres PER à un Pereco : vous pouvez utiliser l’argent placé sur d’anciens PER (PERP, contrat Madelin…), pour alimenter votre nouveau Pereco.

PER collectif (Percol) ou individuel (Perin), lequel choisir ?
L’avantage d’un Percol par rapport à un Perin est justement la participation de votre employeur. Rappelez-vous que les versements du compartiment 2 ne sont pas soumis à l’impôt.

Est-ce que je peux cumuler à la fois un Percol et un Perin ?
Il peut être judicieux de diversifier ses placements afin de répartir le risque. Vous pouvez, à partir d’un certain montant sur votre Pereco, investir dans un Perin chez un gestionnaire différent de celui de votre employeur. Là encore, l’aide d’un conseiller financier ne serait pas de trop.

Fonctionnement avant la retraite

Les modes de gestion

Comment fonctionne un Pereco ? C’est très simple : vous et votre employeur versez de l’argent sur les compartiments. Que devient-il ensuite ? 
Automatiquement, le principe appliqué sera celui de la «gestion pilotée», autrement dit un assureur ou un gestionnaire se charge de l’investir sur les marchés. Plus vous êtes loin de la retraite, plus les placements sont risqués (mais aussi plus rentables) et tendent progressivement vers des actifs plus prudents au fur et à mesure que vous vous approchez de votre départ.
Vous avez peur de prendre trop de risques ? Je vous comprends. Mais pas de panique, vous pouvez opter pour la «gestion libre ». Le Pereco a l’obligation de vous permettre d’investir dans au moins un autre support alternatif, celui-ci étant un fonds solidaire.

Le déblocage anticipé

La règle du jeu veut que tout ce que vous placiez sur votre PER soit bloqué jusqu’à votre retraite.
Quid si on veut récupérer son investissement avant la retraite ? Un déblocage anticipé est effectivement possible mais sous condition (eh oui, sinon ce ne serait pas drôle) :

  • Si vous, vos enfants ou votre époux (ou partenaire de PACS) êtes invalide ;
  • Si votre époux (ou partenaire de PACS) décède ;
  • Si vos droits à l’assurance chômage ont expiré ;
  • Si vous êtes surendettés ;
  • Si vous subissez une cessation d’activité non salariée à la suite d’une liquidation judiciaire ;
  • Si vous avez acquis votre résidence principale (dans ce cas, vous ne récupérez que les versements issus des compartiments 1 et 2).

Fonctionnement à la retraite

Quand liquider son PER collectif ?

Comme je viens de l’énoncer, si votre situation ne correspond à aucun des cas ci-dessus, vous devrez attendre votre droit à la retraite pour pouvoir prétendre à la liquidation de votre Percol. Petite piqûre de rappel : l’âge légal de la retraite est de 62 ans.
Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de liquider votre PER immédiatement après votre retraite si vous préférez attendre quelques années supplémentaires.

Comment liquider son PER collectif ?

Ça y est, l’heure de la retraite a sonné ! Il est temps de récolter ce que vous avez semé. Comment ? Eh bien, vous avez 3 choix, selon les compartiments d’épargne :

  • Sous forme de rente : pour les sommes des versements obligatoires (compartiment 3) ;
  • Sous forme de capital : pour tous les compartiments si la somme est faible (correspondant à une rente inférieure à 80€ par mois) ;
  • Sous les deux formes : pour les compartiments 1 et 2, la somme peut vous être versée en une ou plusieurs fois, par capital et/ou rente.

Et en prime, n’oubliez pas que vous bénéficierez d’ avantages fiscaux

Y a-t-il un plafond de déduction ?

Les sommes issues des versements volontaires et obligatoires sont déductibles des revenus imposables. Cependant, cette déduction est plafonnée pour chaque membre du foyer fiscal, au maximum entre :

  • 10% des revenus professionnels nets de cotisations sociales et de frais professionnels

et

  • 4052€.

Le Perco c’est fini, voilà une page qui se tourne. À la place, vous avez l’occasion de placer votre épargne dans le Percol. Des versements solidaires, une fiscalité avantageuse, que demander de plus ?

Publié le 04.05.2020, par :
N D
Nicolas Delorme
Auteur
Partager ce conseil

Vous avez besoin d’un renseignement ? une demande spécifique ?
Des experts peuvent vous répondre gratuitement

J'ai une question