L'actualité des marchés financiers : l'efficience des marchés

Publié le 08.11.2021, par :

Chaque semaine Olivier Armangau, décrypte pour Neofa l'actualité financière.
C’est la passion pour les marchés financiers qui a orienté la carrière d’Olivier. De la gestion privée à ses débuts en Suisse à la gestion de fonds de placement au Canada, Olivier s’est employé à rendre accessible des concepts et des produits financiers pour ses clients. Les interrogations constructives et challenger des dogmes de marché sont des motivations quotidiennes.

Sommaire

« Dis Eugene*, tu peux me rappeler ce que c’est l’efficience des marchés ? »

Hertz et Tesla, c'est vraiment une belle comptine ! Je vous invite à aller sur le site d’Hertz ! Ils sont tellement heureux de cette formidable collaboration que la promotion de la voiture (le modèle 3) est presque mieux faite que sur le site de Tesla !

Hertz va finir par nous dire que les vacances en fait, c'est de rouler en Tesla. Bref, le titre aura pris sur la semaine un autre petit 10% et la capitalisation boursière aura augmenté, depuis l’annonce de la ‘mégacommande’ des 100 000 voitures (dont la moitié seront louées aux chauffeurs Uber), d’un peu plus de 220 milliards. En fait pour toute la société automobiles, vendre des voitures, c'est normal, mais pour Tesla, c'est mieux. Au moins, la conscience écologique des clients sera flattée. Ah, oui… la capitalisation boursière de Ford, c'est 80 milliards… et ils ont reçu 150 000 précommandes pour le F150 tout électrique. En moyenne Ford fait USD 10 000 de marge sur un F150 thermique (selon les analystes qui suivent le titre). Pour environ 800 000 ventes par an. Eh bien ! Ça fait un petit 8 milliards. ÉVIDEMENT qu’on ne peut pas comparer un modèle 3 de Tesla avec un Ford 150 Lightning. Même avec toute la mauvaise fois du monde il faut bien reconnaitre qu’un F150 A plus d’allure qu’un modèle 3… Ok j’arrête ! Ceci dit accordez-moi qu’entre le Cybertruck (1.25 million de précommandes…) et le F150 Lightning il peut y avoir débat !

L’objet de cette digression, qui agace évidement les idolâtres de Tesla (ok j’avais dit que j’arrêtais vraiment…) c’est simplement pour apporter un regard un peu plus raisonnable ou pour mettre de la perspective à tout ce cirque. Ford et Tesla ont révolutionné l’industrie.

Ford par l’introduction d’un modèle de production, Tesla par l’introduction d’un produit iconique tout électrique à l’époque où il n’y avait d’électrique chez les constructeurs automobiles que la prise dans l’allume-cigare pour recharger sa glacière à bière.

Mais le propre d’une révolution, c'est qu’elle ne dure pas. Tout le monde se l’approprie avec le temps, et petit à petit la révolution devient une norme, voire la norme. Ce qu’a inventé Ford, tout le monde se l’ai approprié parce que c’était une idée révolutionnaire. Ce qu’a inventé Tesla, tout le monde est en train de se l’approprier (avec un meilleur niveau de finition et une meilleure conception de châssis notamment). Les parts de marché logiquement sont en retrait notamment au profit de Ford, GM et Audi. Et Mercedes arrive à peine avec son EQS.

Les voitures électriques n’ont quasiment plus rien de révolutionnaire. D’objet statutaire ‘matériel’ (comme n’importe quel type de voiture) c’est devenu un objet statutaire ‘moral ou sociétal’ (je me préoccupe de l’environnement… une belle foutaise évidement sauf si la production électrique est à 100% écologique) pour finalement devenir un objet avec une simple fonction d’utilité (pour la future génération).

Tout ça pour finalement dire (on y arrive !) que l’avenir de l’automobile n’est déjà plus la voiture électrique, mais le véhicule (voiture ou autre) autonome électrique, mais nous nous égarons. BREF, c’est promis on ne parlera plus jamais de l’indécence de la valorisation de Tesla (et des autres comme Lucid, ou Rivian).

Même si les rachats de vente à découvert peuvent expliquer aussi les hausses ‘paniques’ lors des annonces importantes de Tesla (estimation de perte des ‘shorts’ Tesla, 245 milliards en 2020), on retiendra simplement que les exceptions ne peuvent durer éternellement.
On pourrait d’ailleurs décliner le concept avec les taux bas… Une prochaine fois.

Restons dans l’automobile, tiens.

Après Hertz (Tic, le tamia de Disney) qui sort de son chapeau l’argument électrique Tesla (comme quand on agitait un ‘point com’ en 2000 pour gagner quelques milliards de capitalisation boursière) c’est au tour d'Avis (Tac, l’autre tamia de Disney) d’énerver les marchés et de rincer les vendeurs à découvert.

Description
Ainsi, mardi le titre prenait 109% clôturant à USD 357. En séance l’hystérie tirait le cours à USD 545 (+217%). Et pourquoi un tel engouement ? Parce que OHHHH SURPRISE durant la pandémie les gens n’ont pas loué de voitures (perte de 684 millions de dollars en 2020) mais maintenant que ça va mieux, ou moins mal (bénéfice du 3ᵉ trimestre 2021 de 45 malheureux millions) et bien ÉVIDEMENT quelques habitudes de consommation reviennent, comme louer une voiture en vacances (incroyable non ?).

Tiens, tiens ! On retourne à la norme et ça produit les mêmes effets que quand on s’enferme dans les délires révolutionnaires… (j’ai effectivement dit que je ne parlerai plus JAMAIS de Tesla… mais c’est uniquement à la fin de ce mémo)

Bien entendu, le patron de Tac (Avis donc, il faut suivre un peu !) vexé par la sortie de son homologue de Hertz (Tic) s’est fendu d’une annonce FRACASSANTE : il va ‘être beaucoup plus actif’ dans l’électrique ! Voilà, c'est tout !

« Dis Eugene* ? Tu peux me rappeler ce que c’est l’efficience des marchés ? » Mais bien sûr ! Un marché est jugé efficient si le prix d’un actif est conforme à sa valeur fondamentale, basée sur toute l’information disponible le concernant.

Bon, et bien soit on n’a pas les mêmes façons d’interpréter les informations, soit on n’a pas les mêmes informations (ou plutôt tout le monde les a, mais pas moi…) soit-on un sacré souci à se faire !

Comme un malheur n’arrive jamais seul (pour les vendeurs à découvert j’entends) la hausse a été amplifiée par un volume d’options record sur le titre. Et les achats de call ont forcé les teneurs à se couvrir en achetant à leur tour des titres. Options qui sont d’ailleurs devenues extrêmement populaires comme outils d’investissement avec une quasi-gratuité du courtage chez bon nombre de courtiers (avec la généralisation des ‘payment for order flow’).
On en oublierait presque de parler de la FED…

Description

Donc rien de nouveau sous le soleil. Grâce à la fameuse forward guidance, l’annonce du début du ‘tapering’ (réduction des achats de USD 15 milliards) est passée comme une lettre à la poste. Monsieur Powel durant la conférence de presse justifiait encore un marché de l’emploi qu’il qualifie de fragile, pour expliquer son action modeste.

Parce que le comique de répétition n’est pas uniquement l’apanage de Molière, il nous ressortait encore l’inflation transitoire, à nouveau pour défendre une action molle.
Encore une fois, la menace que brandit Powel de hausser les taux si l’inflation persiste, après avoir accéléré les rachats, fait un peu sur le marché le même effet que ferait un enfant de 5 ans voulant faire peur à un tueur en série avec un masque d’halloween.

Logiquement le marché boit du petit lait !

Et ce vendredi, pour terminer une semaine parfaite, les 3 indices américains terminent sur un nouveau record, tirés par les chiffres de l’emploi (cela même qui inquiétaient le patron de la FED il y a 2 jours…) et une saison des résultats qui finalement est plutôt très bonne. On notera d’ailleurs que maintenant les problèmes d’approvisionnement ne semblent être que des problèmes pour nous autres consommateurs pour nous justifier des hausses de prix ou des délais de livraisons ! Décidément il y a beaucoup de chose qui nous échappent !

Et pour terminer cette semaine, on ressort l’arme de distraction massive : Les traitements contre la (ou le) covid. Après les injections ce sont les pilules. Pfizer marque le premier, encore, et s’adjuge un 10% et comme quand le vaccin est sorti, le marché revient sur les croisiéristes et les compagnies aériennes.

Ça aussi, c'est une révolution : Mouvement d’un objet autour d’un point central, d’un axe, le ramenant périodiquement au même point.

À la semaine prochaine.

*Eugene Fama, prix Nobel d’économie 2013. Auteur de la théorie d’efficience des marchés financiers.

Publié le 08.11.2021, par :
J'aime
Partager ce conseil
Découvrez les conseils de nos experts
Je recherche un article...